Home > Blog > Yoga > Ce que la pratique du Yoga m’apprend

Ce que la pratique du Yoga m’apprend

Le Yoga n’est pas simplement la pratique des postures. Ce n’est pas qu’une pratique physique. C’est un état de l’esprit, du mental, du cœur, de l’ego, 24H/24. Il ne sert à rien de faire un parfait « Hanomanasana » (grand écart axial) si l’on n’a pas trouvé son chemin vers le Yoga, vers l’union du corps et du mental, vers l’arrêt des fluctuations du mental.

La patience

Contrairement à ce que veulent nous faire croire certaines vidéos Youtube, non, à moins d’être déjà surentraîné(e), tu ne pourras pas faire l’équilibre sur les mains en 5 minutes. Le corps, la volonté, la force a ses limites qu’il faut construire petit à petit. C’est seulement par la pratique régulière qu’on arrive à avancer. On peut appliquer ça à bien des domaines…

La bienveillance

Notre société moderne ne nous apprend pas du tout la bienveillance. Dès le début de notre vie, nous sommes jugés, notés, punis. Cette négativité peut nous polluer, et nous faisons le même schéma avec nous-même et les autres : on se compare, on note, on juge.

Et finalement ces pensées nous polluent et nous empêchent d’avancer !

Là je pense à l’un des accords toltèques : « Que ta parole soit impeccable ». Est-il vraiment nécessaire de critiquer, de se plaindre, de râler ?

Le renoncement

= Fait de renoncer (à une chose) au profit d’une valeur jugée plus haute (surtout contexte moral ou religieux) ; attitude qui en résulte.

Parfois, il vaut mieux se libérer d’une chose qui nous entrave, plutôt que d’essayer à tout prix que ça fonctionne. Peut-être qu’on y trouvera plus de légèreté, plus de liberté ?

Le contentement

Attention, il ne faut pas confondre le contentement et la complaisance. Le contentement est plutôt une sorte de sérénité par rapport à ses besoins et désirs, qu’ils soient matériels, physiques ou abstraits. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas essayer d’aller plus loin dans sa vie, de pousser ses limites chaque jour.

Le détachement

Il est prétentieux de croire que tout est notre faute. Je suis ce que je suis, et ce qui arrive n’est pas nécessairement lié à moi. Et si la cause est extérieure, à quoi bon s’énerver ? On ne pourra rien y changer.

Faire la part des choses

Quelles sont les causes de cette situation ? Qui, ou qu’est-ce qui parle ? Est-ce l’ego? La frustration ? Une déception ? La fatigue ? La faim ?

Distinguer la ou les causes d’une situation contrariante peut nous aider à passer à autre chose, à se détacher émotionnellement et aller vers plus de paix intérieure, et de dialogue si le problème est partagé.

Au contraire, distinguer les causes intérieures d’une situation heureuse permet de la reproduire !

Distinguer ses états

Apprendre à différencier ses pensées, ses émotions, ses sentiments, ses états physiques.

Se poser la question « Comment je me sens ». Se rendre compte que notre état émotionnel est fragile parce qu’on a faim permet de régler le problème… Et avoir un regard intérieur permet encore, une fois, de se détacher.

Quand on est une femme c’est encore plus important d’apprendre à distinguer tout ça, car nous sommes contraintes par un cycle hormonal qui va mettre notre corps dans des états différents. Il peut être judicieux d’apprendre à repérer ces différents états dans le cycle pour en tirer parti !

Être dans le présent

C’est peut-être là où j’ai le plus de mal. J’aime avoir des projets et les mener avec passion. Du coup, c’est difficile de ne pas se projeter, de ne pas penser au mail qu’on doit envoyer alors qu’on est en plein Shavasana.

Si vous ne faites pas de yoga vous avez sûrement aussi expérimenté cela avant de vous endormir : d’un coup, toutes les pensées affluent et le cerveau est hyperactif. On anticipe, on planifie, on projette, parfois on angoisse. Un bon remède à cela est d’avoir un papier et crayon à portée de main, d’écrire tout ce qui nous passe par la tête de manière schématique et de le reprendre à un autre moment !

Inspirations / bibliographie :

L’introduction de Yoga Dipika (Lumière sur le yoga) de BKS Iyengar
Les quatre accords toltèques de Don Miguel Ruiz
L’art de la simplicité de Dominique Loreau
Yogas Sutras de Patanjali (traduction/interprétation de Françoise Mazet), Albin Michel

You may also like...